Quelles sont les conséquences de la malocclusion dentaire ?

Dans les cliniques de chirurgie maxillofaciale et d’orthodontie, il n’est pas rare d’entendre le mot « malocclusion » être prononcé lors de l’annonce d’un diagnostic. Mais à quoi ce mot fait-il référence au juste ?

Dans cet article, découvrez ce que sont les malocclusions, mais aussi quelles peuvent être leurs conséquences sur une personne touchée par ce problème de santé buccodentaire.

Qu’est-ce qu’une malocclusion dentaire?

Dans le secteur de la santé dentaire, le terme « occlusion » désigne la relation entre l’ensemble des dents dans la bouche d’une personne. Cependant, ce mot peut aussi faire référence à la façon dont la mâchoire du haut et la mâchoire du bas de cette même personne s’insèrent l’une dans l’autre lorsqu’elle ferme la bouche. Le terme « malocclusion » est ainsi utilisé pour désigner une problématique au niveau de l’occlusion.

La malocclusion peut être associée à différents types de problèmes, les plus fréquents étant la malocclusion dentaire et la malocclusion squelettique.

La malocclusion dentaire désigne une problématique découlant d’un trop grand espacement, d’un chevauchement ou d’un positionnement anormal des dents.

La malocclusion squelettique concerne davantage les mâchoires. Dans ce genre de cas, l’une des mâchoires est plus avancée ou moins large que l’autre, ce qui résulte en une occlusion incorrecte.

Diagnostic et classification des malocclusions

Généralement, il est possible de diagnostiquer une malocclusion lors d’examens dentaires de routine comprenant la prise de radiographies dentaires visant à déterminer si les dents du patient sont correctement alignées. Pour avoir un portrait encore plus précis de la situation lorsque des dents sont non alignées, le patient peut aussi être recommandé à une clinique offrant des services de radiologie 3D.

Si un dentiste ou chirurgien maxillofacial détecte une malocclusion, il la classera selon son type et sa gravité. Il existe d’ailleurs trois grandes classes de malocclusions. Celles-ci sont classifiées en fonction de la relation qui existe entre les premières molaires supérieures et inférieures (classification d’Angle).

Malocclusion de classe 1

Les malocclusions de classe 1 sont les plus courantes. Elles sont diagnostiquées chez les patients dont les molaires supérieures chevauchent les molaires inférieures dans une bonne position, mais dont les autres dents sont trop serrées ou trop espacées. Ce sont donc majoritairement des malocclusions dentaires.

Dans ce type de malocclusion, l’occlusion est typique et le désalignement des dents n’est pas majeur.

Malocclusion de classe 2

La malocclusion de classe 2, parfois appelée rétrognathie, est diagnostiquée lorsque le patient présente un surplomb horizontal (ses dents supérieures sont positionnées plus en avant que les dents inférieures).

Cela peut être causé par la protrusion des dents antérieures supérieures ou une mâchoire inférieure trop petite.

Malocclusion de classe 3

Une malocclusion de classe 3 est diagnostiquée lorsque le patient présente un surplomb horizontal négatif. Aussi connue sous le nom de prognathisme mandibulaire, cette malocclusion implique donc que les dents inférieures sont positionnées plus en avant que les dents supérieures.

Le surplomb horizontal négatif se produit généralement lorsque la mâchoire du bas est plus volumineuse que le maxillaire supérieur.

dentitions

Illustration des malocclusions de classe 3, classe 1 et classe 2

Les causes possibles de malocclusion

La malocclusion est généralement un problème lié à l’hérédité et à la génétique. Cela signifie qu’une personne dont un des parents a déjà souffert de malocclusion a plus de chances d’en souffrir à son tour.

Cependant, certaines conditions particulières ou habitudes peuvent contribuer à modifier la forme et la structure d’une mâchoire :

  • la fente labiale et palatine ou autres malformations ;
  • l’utilisation fréquente d’une tétine après l’âge de 3 ans ;
  • l’utilisation prolongée du biberon dans la petite enfance ;
  • la succion du pouce dans la petite enfance ;
  • des blessures qui entraînent un mauvais alignement de la mâchoire ;
  • des tumeurs dans la bouche ou la mâchoire ;
  • des dents de forme atypique ou incluses ;
  • des obturations, des couronnes ou des appareils dentaires mal ajustés ;
  • une mauvaise position de la langue au repos ou pendant la déglutition ;
  • des dents manquantes;
  • l’obstruction des voies respiratoires (respiration par la bouche), potentiellement causée par des allergies ou par une hypertrophie des adénoïdes ou des amygdales.

Symptômes pouvant indiquer une malocclusion

Selon le type et la sévérité de la malocclusion, les symptômes peuvent être subtils ou graves. Les symptômes typiques de la malocclusion sont les suivants :

  • un alignement incorrect des dents ;
  • des changements dans l’apparence du visage ;
  • morsure fréquente de l’intérieur des joues ou de la langue ;
  • une gêne lors de la mastication ;
  • des changements dans l’élocution ;
  • respiration par la bouche plutôt que par le nez.

Les différents traitements permettant de corriger les malocclusions

Il est important de savoir que les études épidémiologiques démontrent que peu importe le type de malocclusion, celle-ci ne se corrigera pas d’elle-même avec le temps et la croissance. En réalité, la plupart des problèmes de malocclusion dentaire ou squelettique détectés chez les enfants ont tendance à s’aggraver avec le temps sans intervention d’un spécialiste.

Il existe différents moyens de traiter les malocclusions. Le meilleur traitement doit être déterminé en fonction de ce que les radiographies et images 3D de la bouche du patient auront révélé.

Les appareils orthodontiques

Lorsque le problème est d’origine dentaire, il est généralement possible de le traiter efficacement à l’aide d’appareils orthodontiques fixes ou amovibles. Ce genre de traitement peut aussi convenir aux plus jeunes dont la bouche est encore en croissance dans le cas d’une malocclusion squelettique légère.

La chirurgie orthognatique

La chirurgie orthognatique a pour but de rétablir l’alignement idéal des mâchoires l’une par rapport à l’autre, permettant ainsi la correction des malocclusions squelettiques les plus sévères. Lors de cette intervention, le maxillaire (mâchoire du haut) et la mandibule (mâchoire du bas) sont repositionnés adéquatement dans les 3 axes de l’espace en fonction du reste du crâne et du squelette facial.

Les conséquences négatives possibles d’une malocclusion dentaire non-traitée

Les problèmes pouvant découler d’une malocclusion sont très variés. Si certains peuvent se manifester rapidement, d’autres apparaissent à plus long terme.

Voici quelques-unes des conséquences négatives associées aux malocclusions :

Une perte de confiance en soi

Un sourire désaligné est moins esthétique. Chez certaines personnes, cela peut avoir un effet direct sur leur confiance personnelle puisqu’elles seront plus réticentes à sourire en public.

Une malocclusion peut aussi entraîner une asymétrie faciale ou encore un menton fuyant ou trop prononcé, des conditions qui nuisent à l’équilibre du visage et peuvent rendre une personne moins confiante.

Problèmes de mastication

Les problèmes majeurs de malocclusion peuvent provoquer des troubles de mastication et de déglutition. La personne affectée peut avoir des douleurs ou des blocages de la mâchoire lorsqu’elle mastique, et même entendre des craquements.

Le mauvais alignement des dents rend difficile la réduction des aliments en petites particules, ce qui peut même avoir un effet sur les fonctions digestives.

Problèmes d’élocution

Une malocclusion peut rendre difficile la production de certains sons utilisés dans le langage courant.

Les malocclusions sont aussi associées à des retards et troubles de la parole et du langage.

Problèmes articulaires

Une malocclusion qui n’est pas traitée peut favoriser l’apparition de troubles de l’articulation temporo-mandibulaire (ATM) allant de simples douleurs à des blocages mécaniques.

Usure prématurée des dents

Lorsqu’il y a malocclusion, il n’est pas rare que certaines dents entrent trop fortement en contact entre elles. Cela peut résulter en une usure prématurée de ces dents.

Problèmes d’hygiène buccodentaire

Les malocclusions sont souvent synonymes de chevauchements et de manque d’espace entre les dents. Ces imperfections engendrent un niveau de difficulté supplémentaire lorsqu’il s’agit de réaliser les soins d’hygiène buccodentaire de base à la maison. Par conséquent, le risque de développer des caries dentaires et des maladies des gencives augmente chez les personnes souffrant de malocclusion.

Problèmes de respiration

À cause de leur malocclusion, certains patients développeront l’habitude de respirer par la bouche. Par conséquent, ces derniers sont plus susceptibles de ronfler ou de souffrir d’apnée obstructive du sommeil. De plus, la respiration buccale favorise une prolifération des bactéries présentes dans la bouche, augmentant par le fait même les risques de maladies de gencives.

Autres conséquences possibles d’une malocclusion

Il a été rapporté que chez certains patients, les malocclusions étaient à l’origine de migraines chroniques, d’acouphènes et même de maux de dos et de problèmes de posture.

Le diagnostic et le traitement des malocclusions à la Clinique MFML

En conclusion, même s’il n’est pas « nécessaire » de corriger toutes les malocclusions, la présence d’un désalignement des dents ou des mâchoires constitue un handicap pour la plupart des personnes qui en sont affligées.

Si vous souffrez d’un ou de plusieurs symptômes associés aux malocclusions, prenez donc le temps d’en discuter avec un spécialiste. Celui-ci sera en mesure de vous proposer des solutions adaptées à vos besoins.

Et pour en apprendre plus à propos de l’univers de la chirurgie maxillofaciale, nous vous invitons à consulter la section blogue de notre site Web.

 

Contactez-nous

Nous ne sommes pas là pour le moment. Mais vous pouvez nous envoyer un courriel et nous reviendrons vers vous, dès que possible.

estil-possible-arracher-dents-sagesse-grossesse